M. Oumar Diallo le nouveau Directeur général des Douanes

NEWS
Oumar Diallo

Oumar Diallo le nouveau directeur général des Douanes est aux commandes depuis le Conseil des ministres spécial tenu ce lundi 30 octobre 2017. 

Né en 1954 à Sinthiou Bamambé,  le remplaçant de Pape Ousmane Gueye a débuté son parcours scolaire en octobre 1960 dans cette localité du Nord du Sénégal. Il quitte sa terre natale, six ans plus tard, pour intégrer le Collège d’enseignement général de Pikine 10. Ensuite, il obtiendra son baccalauréat (Série B) en 1975 au Lycée technique Maurice Delafosse, à quelques encablures de l’Université de Dakar où le distingué lauréat du Concours général opte pour les Sciences économiques et décroche, en 1979, sa Maitrise à la Faculté des Sciences juridiques et économiques. 

Après ses humanités sans discontinuité, il réussit au concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) d’où il sort diplômé en 1981 (section Douanes). 

Ses acquis théoriques seront complétés par plusieurs stages et autres formations de perfectionnement au Sénégal et à travers le reste du monde. Ainsi, celui qui préside actuellement aux destinées des Douanes sénégalaises est, depuis la session d’octobre 1997, diplômé de l’Ecole nationale des douanes de la France suite au stage de formation des cadres supérieurs des Douanes. 

Ses compétences  intellectuelles, civiles et professionnelles le prédisposeront à intégrer « le très fermé club » des  inspecteurs généraux d’Etat le 4 août 2011. Il était jusque-là directeur régional des Douanes du Nord (régions Louga, St-Louis et Matam). Poste qu’il a occupé de février 2010 à février 2012. 

Auparavant, il a été inspecteur de visite au Bureau des Douanes de Dakar/Yoff de juillet 1981 à 1984, Diallo a  aussi été  chef du Bureau des Douanes de la Foire  à partir de 1982, avec félicitations du chef de l’État et du directeur de la Foire. 

Oumar Diallo sera, entre autres fonctions, tour à tour : 

- Inspecteur de visite au Bureau des Douanes de Dakar Port Sud, d’août 1984 à août 1987 ; 

- Chef de section du Bureau des Régimes économiques et particuliers (BREP) à la Direction générale des Recettes douanières, d’août 1987 à septembre 1990 ;  

- Membre du Comité Ad Hoc pour le Projet d’informatisation des Procédures douanières « GAINDE » entre 1987 et 1988 ;  

- Chef de la Subdivision régionale des Douanes de Diourbel, de septembre 1990 à mars 1992 ; 

- Chef des Sections d’écriture du Bureau des Douanes de Dakar Port nord de mars 1992 à avril 1995 ;  

- Membre de la mission Ad hoc de la direction générale des Douanes chargée de l’Assainissement de la profession des commissionnaires en Douanes agréés, en 1998 ; 

- Inspecteur principal, chargé de mission, à l’Inspection générale des Services des Douanes, d’avril 1995 à avril 1999 ; 

- Coordonnateur et encadreur de la Mission d’inspection générale des services des Douanes chargée de contrôler les conteneurs dédouanés au Port de Dakar en 1999, avec félicitations du directeur général des Douanes, pour « son savoir-faire, sa disponibilité, sa probité, son courage, son sens de la hiérarchie et son aptitude au commandement » ; 

- Inspecteur principal vérificateur au Bureau des Enquêtes et Contentieux, d’août 1999 à août 2000 ; 

- Chef de la Section Contrôle différé au Bureau des Enquêtes et du Contentieux, d’août 1999 à août 2000 ; 

- Chef de la Subdivision de Kaolack de 2002 à 2004 ;

- Chef de la Subdivision de Dakar Port de 2004 à 2007 ;

- Rapporteur général des travaux sur le fonctionnement à feu continu des services portuaires, en 2007 ; 

- Inspecteur puis Directeur régional des douanes du Nord (Région de Louga-St-louis et Matam) d’octobre 2007 à février 2012. 

Le long de son brillant parcours, il obtiendra plusieurs autres distinctions des plus hautes autorités du pays pour ses états de service remarquables.  

A cet égard, il a été félicité en 1983 par le directeur général des Douanes et le directeur des Recettes douanières pour sa rigueur exemplaire dans l’exécution des services. En novembre 1987, en mars 1989 et en février 1991, il a été félicité par le directeur des Recettes douanières pour sa disponibilité et son engagement dans l’exécution des services de Douanes. De la même manière, il a eu l’honneur de recevoir un témoignage de satisfaction du ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat du Sénégal et encouragement du directeur général des Douanes en février 1990. 

Félicité en 2000 par le ministre de l’Economie et des Finances et par le directeur général des Douanes pour la qualité d’un rapport sur l’importation du riz au Sénégal, il le sera aussi en mars 2006, par le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, puis par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et par le directeur général des Douanes suite à la saisie d’un conteneur renfermant 8.392 kilogrammes de haschisch, en collaboration avec l’OCRITIS. 

En 2005, il a été décoré de la médaille d’honneur de la Douane. 

Source: 
DAKARACTU

PLUS ...

Gaïnde Intégral

La Gestion Automatisée des Informations Douanières et des Echanges est une plateforme stratégique des douanes du Sénégal, axée sur la gestion du dédouanement ; des marchandises et des bien. GAINDE intégral apporte des améliorations considérables dans le traitement des procédures de dédouanement en passant du papier à la dématérialisation ou le traitement électronique.

Orbus

Le Système ORBUS 2000 est conçu pour faciliter les procédures du commerce extérieur par des échanges électroniques entre les différents intervenants. ORBUS permet la réduction significative du délai des formalités de pré dédouanement, la réduction des coûts liés aux formalités, l’amélioration de la qualité du service rendu à la clientèle ainsi que la quasi suppression de l’utilisation du papier.

CORUS

Le paiement électronique des droits de douane et taxes assimilées consiste à offrir à l’opérateur économique, par imputation sur un compte ouvert auprès d’une banque commerciale, la faculté de s’acquitter d’un montant des droits de douanes notamment, sans se déplacer. Cette faculté induit un gain de temps, ainsi qu’une plus grande transparence et une meilleure sécurisation des recettes douanières